top of page

J’ai décidé d’espérer.

 

L’espérance a dressé la table pour le partage.

L’espérance a ouvert la prison de la maladie.

L’espérance m’a appris le temps présent, l’énoncé du désir, la parole

entendue, l’espace intérieur à découvrir, la liberté à inventer.

L’espérance m’emmène plus loin, toujours davantage, là où je n’aurais

pas osé, là où je n’aurai pas rêvé.

L’espérance me met en travail, travail d’une Pâques qui passe par la mort

et laisse surgir la vie.

L’espérance me tient en attente, là où l’inattendu survient, où la porte

s’ouvre.

J’ai décidé d’espérer.

Viens et goûte l’espérance en germe,

Ose lui ouvrir la porte, et elle s’invitera au repas de ta vie.

Elle est modeste, humble, petite, cachée, jamais acquise.

Elle ne va pas de soi.

Elle ne s’impose pas.

Elle fait face au réel.

Elle fuit l’imaginaire.

Elle te précède.

Si elle n’est plus,

C’est que tes yeux se voilent.

C’est lorsqu’elle devient impensable

Qu’elle peut advenir.

Elle n’est jamais perdue

C’est à toi, à moi, de l’accueillir.

J’ai décidé d’espérer pour moi, pour toi.

Essaie de choisir la vie,

De choisir l’espérance :

Elles sont près de toi.

Marie-Hélène Boucand Traverser l’épreuve de la maladie, Ed Jésuites, 2022,p105 Texte lu par Françoise Mchaely lors des messes à saint Alban et à saint Maurice le samedi 11 et le dimanche 12 mai

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

L'espérance qui console

A l’heure où l’horizon s’assombrit de mauvaises nouvelles, de crises alimentaires, climatiques ou autres,  où la paix est menacée,  je fredonne la chanson du mélomane au milieu de ma prière. Guy Béart

La petite espérance de Péguy

Ce qui m'étonne, dit Dieu, c'est l'espérance. Et je n'en reviens pas. Cette petite espérance qui n'a l'air de rien du tout. Cette petite fille espérance. Immortelle. Car mes trois vertus, dit Dieu. Le

Comments


bottom of page