top of page

L’espérance, lumière qui brille dans la nuit

Dans la tradition chrétienne du Triduum pascal, le Samedi saint est le jour de l'espérance. Entre le Vendredi saint et le Dimanche de Pâques, il est comme un intermédiaire entre le désespoir des disciples et leur joie pascale. Il est le lieu où naît l'espérance. L'Église, ce jour-là, commémore en silence la descente aux enfers du Christ. (…) C'est ainsi : Dieu ne se contente pas de regarder avec compassion nos lieux de mort ou de nous appeler de loin, mais Il entre dans nos expériences des enfers comme une lumière qui resplendit dans les ténèbres, et Il en triomphe (cf. Jn 1, 5). (…)

Si nous y réfléchissons bien, il s'agit là de l'espérance de la Vierge Marie qui est restée forte au pied de la croix de Jésus, certaine que l’“heureuse issue” était proche. Marie est la femme de l'espérance, la Mère de l'espérance. Au Calvaire, « espérant contre toute espérance » (Rm 4, 18), elle n'a pas laissé s'éteindre dans son cœur la certitude de la résurrection annoncée par son Fils. C'est elle qui remplit le silence du Samedi Saint d'une attente aimante et pleine d'espérance, en inculquant aux disciples la certitude que Jésus vaincra la mort et que le mal n'aura pas le dernier mot.

L'espérance chrétienne n'est pas un optimisme facile ni un placebo pour les crédules : elle est la certitude, enracinée dans l'amour et dans la foi, que Dieu ne nous laisse jamais seuls et qu'il tient sa promesse : « Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi » (Ps 22, 4). L'espérance chrétienne n'est pas une négation de la souffrance et de la mort, elle est une célébration de l'amour du Christ ressuscité qui est toujours avec nous, même lorsqu'il semble loin. Le Christ lui-même est pour nous la grande lumière de l'espérance et la boussole dans notre nuit, car il est “l'étoile radieuse du matin” » (Exhort. ap. Christus vivit, n. 33). »

Texte lu par Cécile Sogno le Dimanche 7 avril à Saint Maurice lors de la messe dominicale

Extrait du message du Pape  François pour la 38e journée mondiale de la jeunesse


53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

J’ai décidé d’espérer.

L’espérance a dressé la table pour le partage. L’espérance a ouvert la prison de la maladie. L’espérance m’a appris le temps présent, l’énoncé du désir, la parole entendue, l’espace intérieur à découv

L'espérance qui console

A l’heure où l’horizon s’assombrit de mauvaises nouvelles, de crises alimentaires, climatiques ou autres,  où la paix est menacée,  je fredonne la chanson du mélomane au milieu de ma prière. Guy Béart

ความคิดเห็น


bottom of page