top of page

Homélie de Bruno MILLEVOYE : Dimanche de Sainte Marie Mère de Dieu : 1 janvier 2023

Dernière mise à jour : 3 janv.


Homélie de Bruno Millevoye en la fête de Sainte Marie mère de Dieu,

dimanche 1 janvier 2023

Lectures du dimanche 1er janvier 2023 - Sainte Marie, Mère de Dieu : cliquer ici


En cette fête de sainte Marie mère de Dieu, je voudrais vous parler de Marie et du rôle de mère pour soutenir notre foi.

Pour parler de Marie, j’ai envie de nommer les femmes qui l’ont précédée, qui ont tenu leur rôle de femme et de mère dans l’histoire du salut, qui ont servi l’œuvre de Dieu : Sarah, Rebecca, Rachel, Léa, Débora, Anne, Thamar, Rahab, Bethsabée, Esther, Judith, Ruth, Élisabeth.

Toutes apportent leur contribution à l’histoire du salut. Marie prend sa part à un titre particulier.

Elle met au monde celui qui accomplit cette histoire, qui accomplit la promesse de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ.

Elle a dit oui à l’ange. L’Esprit est descendu sur elle et Dieu peut alors faire descendre l’Esprit de son Fils dans nos cœurs. Nous sommes maintenant libres de dire : « Abba ! » Père.

Par l’intercession de Marie, nous apprenons à dire oui, nous apprenons à dire Abba Père.

Saint François d’Assise a appris par son intercession à dire oui, à dire Père et à bénir les frères et les sœurs que Dieu lui donnait.

Il a appris par Marie à être une mère à son tour pour ses frères, pour ses sœurs. Je dis cela parce que les documents qui nous permettent de connaître François montrent clairement qu’il usait en toute liberté du masculin comme du féminin pour parler de son rôle et de la tâche de ses frères. Ils les appelaient notamment à être des mères les uns pour les autres.

Un texte autographe, écrit de la main même de François, nous rapporte un échange vif avec frère Léon son secrétaire. Celui-ci lui demande de l’aide dans un moment de grande difficulté spirituelle et François, curieusement, l’envoie balader. Tu me demandes conseil. Mais je te l’interdis. Ecoute Dieu, fais ce qu’il te dit. En gros, François lui dit « ne reste pas dans mes jupes. » Comme le dirait une mère à son enfant qui ne veut pas être captée par l’émotion du moment mais regarde plus loin, plus haut ce qui est important pour lui.

Cependant, François ajoute, comme s’il avait conscience d’avoir dépassé les bornes. Si vraiment c’est nécessaire, je serai là. Comme le ferait une mère.

Il existe un autre texte autographe de François sur ce même frère Léon. Une bénédiction.

Il l’a emprunté au livre des Nombres que nous avons entendu en première lecture.

Alors je vais emprunter ces mots de François qu’il a lui-même empruntés à l’écriture et jouer mon rôle de mère à l’égard de notre communauté paroissiale et à l’égard de chacune et de chacun de vous en vous bénissant en ce début d’année :

Que le Seigneur te bénisse et te garde ;

Que le Seigneur te découvre sa Face et te prenne en pitié !

Qu’il tourne vers toi son Visage et te donne la paix !







21 vues0 commentaire
bottom of page