top of page

Homélie de Bruno Millevoye, 3e dimanche de l’Avent, 17 décembre 2023

Dernière mise à jour : 18 déc. 2023


Jean est la voix de celui qui crie dans le désert. Il n’est pas celui qui doit venir mais il crie pour lui que nous ne connaissons pas : « Redressez le chemin du Seigneur. » Son cri est un témoignage. Dans le Jourdain il baptise pour que son témoignage touche les corps et convertisse les cœurs. Il prête sa voix, il donne sa vie sans rien attendre en retour. Où trouve-t-il le souffle d’être la voix d’un autre ? Avant lui, le prophète Isaïe a été cette voix. Le passage que nous avons entendu en première lecture nous fait entendre ce qui conduit des personnes à devenir prophète, à devenir témoin, à être cette voix qui crie dans le désert pour qu’un monde nouveau advienne.

(Relecture d’Is61, 1-11)

C’est en premier l’Esprit du Seigneur qui consacre puis envoie en mission. Jésus à la synagogue de Nazareth s’appropriera ces mêmes mots.

Is61, 1a : L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.

Lc4, 18 L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction.

La mission est de porter l’espérance à tous ceux qui sont blessés, humiliés.

Is61, 1b-2 : Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur, et un jour de vengeance pour notre Dieu, consoler tous ceux qui sont en deuil,

Cette espérance trouve sa source dans la justice et la louange.

Is61, 11 : Comme la terre fait éclore son germe, et le jardin, germer ses semences, le Seigneur Dieu fera germer la justice et la louange devant toutes les nations.

Témoigner de l’espérance auprès des humiliés provoque leur réaction et leur action. Ils deviennent ceux par qui le monde peut se reconstruite et se transformer.

Is61, 04 : Ils rebâtiront les ruines antiques, ils relèveront les demeures dévastées des ancêtres, ils restaureront les villes en ruines, dévastées depuis des générations.

Cette prise de conscience que ceux-là même qui étaient exclus deviennent ceux par qui le monde peut se reconstruire suscite un tressaillement et une joie intérieure. C’est ce tressaillement qui est la force intérieure de ceux qui crient dans le désert. Ce tressaillement est déjà présent en Jean dans le ventre de sa mère.

Is61, 10 Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu.

Lc1, 41 Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle.

Maintenant, il reste à chacun de s’approprier cette mission selon sa vocation et d’être la voix de celui qui crie dans le désert.

5 vues0 commentaire

Comments


bottom of page